Le Blog

    Réflexions sur le management #1

    1 octobre 2019 Le Blog

    Ce billet est le premier article d’une série de plusieurs petits articles de réflexions sur le management et diverses problématiques que nous publierons au fil des mois sur notre blog.

    Il ne faut pas prendre comme vérité absolue tout ce qui suit mais comme un éclairage de situations auxquelles vous pouvez être ou avoir été confronté(e), examinées sous un angle sous lequel on est peu habitué de les observer ; Il est vraisemblable que cela se passe chez vous bien mieux que ce que je décris plus bas et que vous n’êtes sans doute pas concerné par l’ensemble des situation décrites.

    PARTAGE

    Dans ma vie de consultant, de coach et de formateur je rencontre fort heureusement chaque mois beaucoup de gens qui « vont plutôt bien » et qui vont bien mieux encore à la fin de nos interventions.

     

    Par contre, je rencontre également des dizaines de managers et de personnel d’exécution de toute origine se déclarant fatigués, exprimant avec lassitude ou révolte leur usure face aux difficultés rencontrées à remplir leurs missions.

     

    La légitime aspiration à un certain bien-être au travail et la nécessité de combattre les « risques Psycho sociaux », passent 

    • Par la recherche de schémas organisationnels compatibles avec l’existant et permettant d’optimiser son activité dans des conditions d’exécution acceptables humainement ;
    • Par une réflexion sur le positionnement et le rôle des managers et une remise en cause de certaines attitudes.

    Seules ces deux approches combinées sont susceptibles de résoudre les situations problématiques.

     

    Quand on parle de pistes ou de solutions j’entends depuis plus de 20 ans des objections comme « chez nous c’est spécial, ce n’est pas comme dans la fonction publique » ou « chez nous, ce n’est pas comme dans le privé » ou « ça n’est pas applicable chez nous comme dans une usine », « c’est possible dans les banque, pas chez nous »…. Etc…»

     

    Or « Celui qui voit un problème et qui ne fait rien, fait partie du problème. » (Ghandi)

     

    Cela veut dire que nous sommes à notre niveau, en tant que manager, en partie co-responsables de la situation dont on se plaint et/ou qui pèse sur nos collaborateurs.

     

     

    Soyons clairs il ne s’agit aucunement de remettre en cause la politique de votre entreprise ni de critiquer ses façons de faire, ce qui serait une attitude que nous ne pourrions en aucun cas cautionner car déplacée autant qu’inefficace.

    Mais, il s’agit de réfléchir sur des pistes individuelles et collectives d’amélioration. Il ne tient par exemple qu’à nous :

    • de remonter à la hiérarchie les difficultés identifiées de manière factuelle, non émotionnelle, argumentée, quantifiée et donc entendable et constructive
    • de proposer ,parallèlement à ces remontées, des améliorations, c’est-à-dire d’être force de proposition
    • de donner du sens à nos actions en en expliquant les tenants et les aboutissants, en faisant confiance à l’intelligence individuelle et collective de nos collaborateurs, ce qui les motivera (le chef a toujours raison etc… ne marche plus , les gens ont besoin de comprendre pour faire)
    • de rechercher en équipe, et non pas en solo, les pistes d’amélioration qu’on va proposer (dans la mesure où ces propositions ne sont pas en contradiction avec une instruction formelle de la hiérarchie ou avec le fonctionnement du reste de l’entreprise.

    Identifier en équipe et exploiter cette zone de liberté et de progrès afin de trouver ensemble des solutions est une des clefs du management moderne.

     

    Mais comment faire… ? sur quoi agir ?

     

    Le billet suivant abordera les attentes générationnelles des managés vis-à-vis de leurs managers et la pertinence (ou pas) de la mise en place de nouveaux modes de management comme par exemple l’  « Appreciative Inquiry » afin de motiver et de fédérer ses équipes.

     

     

     

     

     

     

    Article écrit par notre consultant Louis-Patrick  Ducousso

    Vous pouvez le retrouver ici

     

     

     

    Retrouvez le second article de « Réflexions sur le management »

    PARTAGE

    Les articles qui pourraient vous intéresser

    Entretien annuel d’évaluation (EAE) VS entretien professionnel – 2ème Round

    Suite à notre article précédent sur l’entretien annuel d’évaluation, voici les spécificités de l’entretien professionnel. Nous vous résumons, en fin d’article, les différences entre ces deux entretiens menés en entreprise. Attention à ne pas les confondre !

    +

    Entretien annuel d’évaluation (EAE) VS entretien professionnel

    Introduction de la série

     

    Comment transformer vos entretiens RH en outils de management performant ?

     

    Mener des entretiens, c’est le quotidien du manager. Bien que tous les entretiens soient des actes de management, il n’est pas toujours simple de situer ceux dédiés plus spécifiquement à la gestion des ressources humaines et d’en faire de réels leviers de développement.

    Leur mise en place s’organise dans un contexte propre à chaque entreprise, et certains, comme les entretiens professionnels et les entretiens de recrutement, devront respecter un cadre légal précis.

     

    L’entretien est une situation de communication professionnelle qui repose sur des techniques, des postures et des modalités particulières et qui demande des compétences. Malgré toutes les bonnes intentions du départ, le résultat n’est pas toujours celui qui était prévu !  Il est donc important de se former et de bien se préparer pour réussir.

    Dans cette série d’articles, nous vous proposons un panorama des différents entretiens RH et leurs spécificités (objectifs, règlementation, déroulé…) ainsi que nos conseils pour transformer cet exercice parfois obligatoire en acte de management qui donne du sens.

    +

    6 choses à savoir sur la formation des membres du CSE

    +

    Formacom

    Formacom